Le site de l'Académie Audiovisuelle de Paris (ACAD)

Journalisme audiovisuel - Animation TV - Chroniques - Conception de programmes

PLAN D'ACTION POUR LES TV D'AFRIQUE FRANCOPHONE - ACAD - École audiovisuelle

PLAN D'ACTION POUR LES TV D'AFRIQUE FRANCOPHONE

 

PLAN D’ACTION COMPÉTITIVITÉ

pour les

TÉLÉVISIONS des PAYS D’AFRIQUE FRANCOPHONE

Il ne se passe pas de saison sans qu’une n’ième réunion ne soit organisée pour refaire inlassablement le même constat :

Les médias africains vont mal !

 Ce qui d’ailleurs consiste souvent à voir les choses le petit bout de la lorgnette, car le talent et la créativité sont là ! 

Et qu’est-ce qu’il sort de ces réunions ?

Rien !

Ou l’affligeant constat répétitif que les problèmes de diffusion persistent, que les modèles économiques n’existent  pas, que les dirigeants, propriétaires de certains de ces médias sont fatigués de mettre la main à la poche pour nourrir d’anciens journalistes incompétents ou autres directeurs de chaînes qui clament leur impuissance.

Et les organisateurs de ces réunions (qu’ils destinent le plus souvent à leur auto-promotion) rentrent chez eux avec la satisfaction de s’être fait mousser, tandis que les participants reprennent leur chemin avec le même sentiment de frustration. 

Le plan d’action :

Les piètres constats qui sont faits dans ces colloques (il s’en est déroulé un récemment à Paris) touchent des domaines que nous étudions depuis une bonne dizaine d’année et qui ont justifié que nous lancions en 2005, le PLAN D’ACTION COMPÉTITIVITÉ POUR LES TÉLÉVISIONS DES PAYS D’AFRIQUE FRANCOPHONES (placé sous le haut patronage du Ministère Français de la communication) dont nous avons initialisé la 2ème phase il y a quelques mois :

 

-       Mener des actions pour que les chaînes de télévision produisent ou achètent des programmes avec des modèles économiques viables.

-       Structurer le marché publicitaire pour sortir de la spirale infernale du « tout bartering » où, à terme, ce sont les distributeurs de programmes ou certains producteurs qui deviennent propriétaires de l’espace publicitaire des chaînes, les privant ainsi de leur indépendance éditoriale. 

-       Promouvoir les savoir-faire africains car, contrairement à ce qu’il se dit, les Africains savent produire et il y a des chaînes qui fonctionnent. 

-       S’extraire de l’assistanat savamment entretenu parfois par l’occident et qui fait que la chaîne attend des programmes « aumône », ce qui entretient un colonialisme médiatique malsain. 

 

Quelles sont les actions concrètes engagées ?

 

1 ) Des rencontres INTERNATIONALES pour acquérir les bonnes pratiques et engager l’action.

La première d’entre elles aura lieu le 31 octobre à Johannesburg où nous réunissons, dans le cadre du DISCOP AFRICA, les patrons des chaînes publiques et privées d’Afrique Francophone, de certaines chaînes panafricaines et autres acteurs économiques. Avec la présence et le soutien de l’OIF, CFI, France 24, l’Académie Audiovisuelle de Paris…

Le thème : Apprendre à coproduire pour exporter. Tous les aspects sont abordés, les standards de qualité, le montage de projet, l’écriture, le montage financier, la production exécutive, les contrats, la distribution, la diffusion. Et la journée débouchera sur la mise en place d’un cas pratique. (Projet concret à développer et produire).

 

D’autres rencontres sont prévues dans d’autres pays d’Afrique. (La prochaine en Afrique de l’OUEST).

 

2 ) Une réflexion et des actions concrètes sur la normalisation des tarifs publicitaires avec un équilibre entre chaînes Publiques et chaînes privées, la structuration du marché, un système de bonnes pratiques en matière de sponsoring et bartering « gagnant/gagnant ».

 

3 ) La création d’une émission télévisée (en cours de tournage et qui sera présentée au DISCOP à Johannesburg) qui offre l’actualité des médias africains, une vitrine sur les programmes et productions, portraits de success stories, actualité sur la publicité TV, etc.

Cette émission est déjà prévue dans la grille des plus gros réseaux panafricains et certaines chaînes publiques ou privées en Afrique francophone et anglophone.

 

Le comité de pilotage

Un comité de pilotage a été créé auquel participent déjà certains patrons de chaînes Africaines et Panafricaines ainsi que des institutions nationales et internationales et certaines instances gouvernementales de pays d’Afrique.

Ce comité, initialisé par l’Académie Audiovisuelle de Paris, reste ouvert et tous les opérateurs qui désirent y participer sont invités à contacter le bureau à acadtv@free.fr